richesse

elles ont des dormeuses

la peau tendre d’une pèche
à peine émergée des pierres
douce comme une poudre

la blancheur d’argile et de kaolin
et poussière d’ardoise miellée d’or

les genoux dans les mains
accroupies les yeux clos
comme des momies
au visage parfait

la quiescence des fées
peut-être écoutent-elles
ce que ne disent pas
les harpes éoliennes
et le gong lointain

Publié par

Petit être

"je suis un être / entouré des forces magiques / de toutes choses / là où je marche / un phoque respire / un morse hurle / une perdrix des neiges jacasse / un lièvre se blottit / moi petit être / entouré des forces magiques / de toutes choses / un être minuscule / ne sachant rien faire / ridicule et bon à rien"

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s