pleurez dans l’hygiaphone

comme aux premiers temps des hommes

dehors le vent froid, l’hiver bleu
ton souffle satine la transparence

du bout des doigts dépassant d’un pull
tu traces dans la nuée ce glyphe indistinct
un cœur que résolvent des gouttes d’argent

tes mains contre la vitre
laissent éphémères
deux traces dans la buée

et ton visage s’estompe
derrière la paroi de verre
un sanglot dans l’hygiaphone

Publié par

Petit être

"je suis un être / entouré des forces magiques / de toutes choses / là où je marche / un phoque respire / un morse hurle / une perdrix des neiges jacasse / un lièvre se blottit / moi petit être / entouré des forces magiques / de toutes choses / un être minuscule / ne sachant rien faire / ridicule et bon à rien"

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s