complainte du coloriste

quelle vanité
coucher sur le papier glacé
le souvenir des no man’s land
les déchirures noires à la face du ciel

je rêve au rio tinto,
aux terreurs de dallol
les couleurs d’une terre sous acide
la moribonde se parerait en vénus

mais à quoi bon
du rouge à l’indigo
j’ai raté tant de nuances
des algues sacrées
où flirtent les reines pourpres,
aux silos de gaz entre les étoiles

et ne sais voir au-delà
mais j’écoute
une rumeur chez les gens de mer
sur la contagion des lumières
au-delà des lignes

Publié par

Petit être

"je suis un être / entouré des forces magiques / de toutes choses / là où je marche / un phoque respire / un morse hurle / une perdrix des neiges jacasse / un lièvre se blottit / moi petit être / entouré des forces magiques / de toutes choses / un être minuscule / ne sachant rien faire / ridicule et bon à rien"

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s