berlins kummer, berlins freiheit

warshauerstrasse

c’était un 28 décembre
ce soir-là à warshauer strasse
le cœur gros d’une discussion douloureuse
nous collectionnions sous la pluie les couleurs de la nuit

c’était un 3 janvier
ce soir-là à ostkreuz
une amitié s’est éteinte
(jamais personne ne m’avait tant déçu
– est-ce là ce qu’elle fait de sa liberté ?)

je cherchais sous la pluie une lumière dans la nuit
sans prendre de la merde pour de l’or,
car il paraît que cela arrive

j’abandonnais mon dégoût sur le toit des wagons
qu’il s’en aille au loin et coule sur le ballast
à berlin la nuit et le sol depuis longtemps
ont appris à absorber l’amertume et les larmes
comme des buvards bleus d’encre
c’est que parfois aussi
la tristesse est le prix de la liberté

mais là-bas les balises d’une forêt de grues
tracent sur l’horizon le dessin des chaines futures
sans doute, il faudra renoncer aussi
à la consolation d’une ville libre

Publié par

Petit être

"je suis un être / entouré des forces magiques / de toutes choses / là où je marche / un phoque respire / un morse hurle / une perdrix des neiges jacasse / un lièvre se blottit / moi petit être / entouré des forces magiques / de toutes choses / un être minuscule / ne sachant rien faire / ridicule et bon à rien"

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s