les palmiers d’éleusis

si cruelle solitude
le malheur d’un coryphée
au cœur du chœur
au saint des saints
seul sur le moyeu éternel
– un pétiole si fin

autour gravite le devenir
une mécanique folle et emballée
où moïra même a fini broyée

des engrenages arborescents
des engrenages comme des couteaux
dispersent le choeur
dissèquent la chorée

où les suppliantes ?
où les choéphores ?

c’est peut-être la liberté
lâcher la rampe, lâcher l’affaire
avancer d’un pas dans le vide
rejoindre le mystère
entrer dans la danse

Publié par

Petit être

"je suis un être / entouré des forces magiques / de toutes choses / là où je marche / un phoque respire / un morse hurle / une perdrix des neiges jacasse / un lièvre se blottit / moi petit être / entouré des forces magiques / de toutes choses / un être minuscule / ne sachant rien faire / ridicule et bon à rien"

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s