choses promises – rêve en marmorée

si, alice, mais c’est un nom d’emprunt n’est-ce pas,
au lieu de suivre le lapin, tu suivais de ses oreilles rose-orangées
immenses et dressées presque translucides dans la lumière,
les veines labyrinthe, leurs ramifications de corail,
sans doute tu trouverais la douceur d’un cœur de coquillage
un palais d’argolide aux colonnes d’eaux ondulantes

là, furent accueillies les suppliantes
dans leur cheveux les aiguilles étaient tachées de sang
et la lumière colorait leurs robes blanches aux teintes des marbres
vois-tu, de rose et ciel, adiante et sthénélée qui viennent t’accueillir

là toujours elles murmurent, strates danseresses d’une bille de marbre
on les dit au tartare pleurant l’éternité, mais elles sont choéphores et trinquent aux dieux
célèbrent en riant la mort des cinquante et le désir comme un vent fou

et je voudrais un instant avec toi partager leurs libations
mais retire ce voile de pleureuse de tes lèvres parfaites
je voudrais tant que diapirent tes sels baisers
que tu me rendes, alice, mon pays d’émerveil

Publié par

Petit être

"je suis un être / entouré des forces magiques / de toutes choses / là où je marche / un phoque respire / un morse hurle / une perdrix des neiges jacasse / un lièvre se blottit / moi petit être / entouré des forces magiques / de toutes choses / un être minuscule / ne sachant rien faire / ridicule et bon à rien"