à qui la faute ?

à qui la faute ? rrose sélavy ?
la persistance rétinienne, comme au fond d’un verre de saké,
d’un rêve d’ adolescence et de fleur de pêcher,
de fleur de cocktail, blue gin,  ginger-elle,
curaçao girl au cuir assez potemkine,
dont l’ylang-ylang trouble mon hemingway
pour qui sonne le glas ? pas pour moi, pas pour nous,
inspire, cela sent la fleur, cela sent la mer, cela sent la poudre ;
expire, regarde, nous sommes vivants, vivants comme jamais

oh, trouble nuit, sens-tu cette tension dans l’air et ce qui enfle
en bas comme une clameur, le chant du partisan ?
on veut prendre le palais d’hiver
cela gronde, des éclairs se reflètent dans tes escarpins vernis,
leur luit et leur noirceur constellée, 
comme une nuit de départ, on croiserait vers la croix du sud, 
suivre le galbe des jambes, le galbe du désir,
suivre encore l’envie d’y poser les mains,
longer du doigt la couture,
avec le geste que j’aurais pour déchiffrer une incantation magique
tatouée sur tes jambes, lève-charme et révèle chair,
à moins que ce ne soit l’inverse
en posant juste la pulpe de l’index,
le geste que j’aurais pour poser brièvement cet index sur tes lèvres,
chut, t’inviter au silence car l’heure est à l’insurrection,
tandis que les mains reviennent au galbe,
de nouveau montent vers l’harmonie des sphères,
vers la chaleur d’une lune chaude,
car la lune est chaude les soirs de grandes marées, les soirs d’insurrection
voici derrière la forêt des parfums, le palais d’hiver tout blanc sous la neige,
tout blanc sous la lune ;
il se murmure dans les faubourgs
que la fée y cultive des lianes en fleurs de vanille
qu’elle distille en alcool de brune,
une liqueur d’argent, acide et qui fait rêver
et si j’entre au palais d’hiver,
je jure que je m’en enivrerais
jusqu’à ce qu’à ce que me poussent des ailes

Publié par

Petit être

"je suis un être / entouré des forces magiques / de toutes choses / là où je marche / un phoque respire / un morse hurle / une perdrix des neiges jacasse / un lièvre se blottit / moi petit être / entouré des forces magiques / de toutes choses / un être minuscule / ne sachant rien faire / ridicule et bon à rien"