tenter
la photographie obsessionnelle
de toujours les mêmes lieux

un art de désapprendre,
l’esquisse d’un pas de danse vers
la poétique de l’habiter,

une poétique de l’exil,
forcément

prendre et reprendre, et encore
jusqu’à faire jaillir l’étrangeté radicale des choses

leur mystère intrinsèque
pas, bien sûr pour une profanation
cette profanation-ci n’est pas possible

justement contre la profanation

écouter, saisi d’une chorée native
les murmures dans la forêt des monolithes

Publié par

Petit être

"je suis un être / entouré des forces magiques / de toutes choses / là où je marche / un phoque respire / un morse hurle / une perdrix des neiges jacasse / un lièvre se blottit / moi petit être / entouré des forces magiques / de toutes choses / un être minuscule / ne sachant rien faire / ridicule et bon à rien"