moteur 2 temps

du temps qu’il fait
au temps qui passe
théorie des climats
trahison des trois saisons,
un plat de restaurant chinois

les revirements de l’été,
du tout au rien, sans crier gare ;
les morsures gratuites du froid
en guise de cadeau de noël,
l’embâcle bâclée clouant au sol
tout ce qui vole ;
et les fuites de printemps
ni renouveau ni cerise
un sein de glace
où plus un coeur ne bat

Continuer la lecture de moteur 2 temps

à qui la faute ?

à qui la faute ? rrose sélavy ?
la persistance rétinienne, comme au fond d’un verre de saké,
d’un rêve d’ adolescence et de fleur de pêcher,
de fleur de cocktail, blue gin,  ginger-elle,
curaçao girl au cuir assez potemkine,
dont l’ylang-ylang trouble mon hemingway
pour qui sonne le glas ? pas pour moi, pas pour nous,
inspire, cela sent la fleur, cela sent la mer, cela sent la poudre ;
expire, regarde, nous sommes vivants, vivants comme jamais

Continuer la lecture de à qui la faute ?

hieronymit lied

jérôme des mots morts
on élise les élisions
au pain et à l’eau, c’est déjà bien
ni dieu ni tentation ni samadhi
ni même vœu de silence
seulement : pas de lune qui fait lever les mots
et ce chien qui tend sa chaîne
aboie, grogne dans la nuit noire
mord parfois, unique blessure et encore :
rien ne blesse tant le cuir s’est tanné
au silence, au ressac de l’amer

Continuer la lecture de hieronymit lied

dictionnerf

Les couleurs de ce nuancier sont évidemment inexactes ; les couleurs authentiques peuvent être consultées sur le site des marques concernées ;
en espérant que les titulaires de ces dernières ne prennent pas… ombrage… de ce détournement.

Mélusite – n.f. – (Géol. viel.) se disait autrefois des magnétites bleutées que l’on trouve dans les yeux des fées. Par extens. 1.(Médic.) rare affection ophtalmique décalant dans les bleus toutes les couleurs perçues par celui qui en est atteint. Ex. : « vous souffrez, mon ami, d’une mélusite aiguë » (Jules Vernes, Les exilés de la ville mystère, Hetzel, Paris, 1881). 2. (Psychol.) Compulsion érotico-poétique.
(Encycl.) Si les premiers cas de mélusite ont été relevés dans les années 1850 chez certains gardiens de phares et navigateurs polaires, il faut attendre 1923 pour que les travaux scientifiques concluent à la double origine de ce trouble oculaire, qui résulte à la fois du phénomène dit de « fuite de flamme » et d’une surexposition au bleu de l’horizon. Selon le consensus scientifique actuel, la mélusite se caractériserait par une anomalie des bâtonnets qui projette l’ensemble du chant magnétique de la lumière sur la bande comprise entre 480 et 500 nanomètres. Pour cette raison, plusieurs doctrines ésotériques contemporaines soutiennent qu’elle permet de voir l’invisible, mais aucune preuve empirique n’a pour l’heure été apportée à cette allégation.
À ce jour incurable, la maladie est fréquemment associée à une profonde mélancolie et à un délire poétique.

géode

passer les voiles blanches, et les récifs,
les fendre, coupe géologique
rase

plus l’envie et le temps
manque autant que les mots
se taire et taire
les toponymes d’une géographie intérieure

géode
graphie interne : muette
(tag, bruit blanc comme neige)

Continuer la lecture de géode

fleur d’ail[es]

œufs dans le même panier
nouveaux nés flamands roses
inflorescences : ce qui fleurit à l’intérieur
promesse de vol