épitaphe en incipit…

… à moins que ce ne soit l’inverse 

sans allitération,
quoique, puisque
a-littérairement
et a-littéralement,
je m’amuse

aléthéia ?
je, sans jeu, parle de « moi »
étrange je qui pointe comme un os
une aiguille qui a perdu le fil et la fille
boussole archaïque du pays des morts
boue, sol anéchoïque du pays des mots
… à moins que ce ne soit l’inverse

m, sans jeu de mots,
ordinaire et pronominal
prononcé mais non phonétique
et l’élision sincère casse et prévient
tout possessif putatif
Continuer la lecture de épitaphe en incipit…

danse insensible

danse insensible dans le sable,

lune sybille, danse insensible,

tandis que la cible s’incendie, intensément,

d’encens subtil mais d’une indicible densité :

FUMÉE !

seulement,
d’éphémer en éphédream et d’infraderme en inframondes, comme on aimerait exhumer le rêve, exaucer le vœu des nerfs
(ou, si lové, exhausser le nœud des vers)

Continuer la lecture de danse insensible