danse insensible

danse insensible dans le sable,

lune sybille, danse insensible,

tandis que la cible s’incendie, intensément,

d’encens subtil mais d’une indicible densité :

FUMÉE !

seulement,
d’éphémer en éphédream et d’infraderme en inframondes, comme on aimerait exhumer le rêve, exaucer le vœu des nerfs
(ou, si lové, exhausser le nœud des vers)

Continuer la lecture de danse insensible

une sangria à shangri-la

A quoi bon célébrer les candélabres délabrés du camp des saintes pierres ? J’ai kristicdit au faire de l’en-vers : tu es cerbère et sur serre-bière je conduirai mon égrise. Du tac au tac, ils m’ont dégivré, pour mes prendre et peine, mais peu me chaule.

M’éveillant comme on a cil au pays d’évermeille, j’erre en mammouth sur saturne, et rêve de cendrarsiser Shangri-La. Las, il m’y manque l’évide-dent.

De ma cinémathèque à ma sinémantique dans les éternèbres des nosiens, palpulent des étoiles d’amer défilantes. J’y trinquebourrais bien, ne serrerait cette paralysie sorbetière du coude… morfle perruche ! Que zigue vaille et zigue vague, ma misambière de misanthrope en prend un coup !

Alors, avant que je ne revienne geler les eaux d’hier je ramasse les débribes de mes amoursures abhortées. Et ne m’enveuille blanchermine si mes chagrimes trissent des macramélancoliques quand noircissent mes chakrames : c’est que ma toquante clac-sonne sa tocata d’un stacatone baryphon.

Alors que déjà s’ingrise et frissaille le prochain novobre, Continuer la lecture de une sangria à shangri-la

soudain l’hiver prochain

nomolosse, nomormon ? allons-y serein
no-mologue infétérieur et somniaque

en un acte monocataclinal et saisonnier

neige_copie

 

soudain l’été dernier, ou était-ce avant ?
une faux liée, un cul-te-sol-aire
des processions d’enfants cannibales
au son d’ash ra tempel, une voracité délicieuse

ah ! des rêves-passages, des rêves pas sages
que l’on entend gésémir et fin-fondre les chavernes
où ballerinent les fleurs antérieures
de chats bleus et chasses spectrales,
les bellesirs et mots-imagies le mors au dent
et les ailes allantes des elles atlantes !

Continuer la lecture de soudain l’hiver prochain