ewige wiederkehr

disque

…mais quoi des rêves qui reviennent
comme des miracles qui se répètent
des musiques qui remontent
ces émotions inchangées
bleu-méthane du tréfonds
des bulles en boules dans la gorge
et dans les tripes

des musiques qui perdurent
comme passent les choses
et chaque fois que tout au bord je m’avance
à l’aube de l’instant et d’un renouveau
sur mes étagères, avide, je cherche
mais peut être est-ce toi qui les as,
ces mélanodies musicales d’ancolie
en microsillons de mémoire sigillée

Continuer la lecture de ewige wiederkehr

écoute claquer les drapeaux noirs

des cendres descendent
et des spores dorés d’amanites bleues
sur le front des suicidés
le baiser du poulpe sur les lèvres du noyé
morsure, hémocyanine
– et je ne sais combien de jours sont passés

médecine légale
devant vénus orangée brune
dansombre, ankoku butoh :
icônes barbelées
coeurs bombardés d’éclipses
des blessures muettes qui coulent bleu de prusse,
un jus d’ankou, ils l’ont bu jusqu’à la lie
des blessures mouettes qui s’envolent d’un cri
si simple

quand retombent les batailles,
le battement des timbales martiales,
la joie sauvage d’en découdre
comme on pourrait découdre la grève,
séparer la mer de la terre, révéler les muscles du rivage,
les entrailles du sable fouaillées d’oiseaux souterrains,
aveugles et stridulants

Continuer la lecture de écoute claquer les drapeaux noirs

métamorphoses de l’oiseau

métamorphoses de l'oiseau
… « phénix » emprunté aux plafonds du Kunsthistorisches Museum (Vienne)

 

du carbone l’on ne fait
que les diamants
et le vent

et le corbeau dit au danseur de butoh :
– sais-tu combien j’envie la grue cendrée
qui dans le bleu gris des aubes s’envole poussière
comme un sage a fini sa mue ?

mage gris, mage gris de la danse,
donne-moi tes cendres que j’en fasse mon fromage
donne-moi tes cendres que j’en fasse mon grimage
Continuer la lecture de métamorphoses de l’oiseau

sephira saphire & sophia

nuages_de_revecopie

la pluie, la nuit
mon ombre pousse la porte du rêve
un carré de bois laqué de violette et d’or
qui ouvre sur un vide ourlé de mauves
zophane, ô mânes,
et la mauve manque d’air et d’or soleil
zophane et la mauve se fâne

la nuit, la pluie, schistes noirs et mats
je fais léviter des billes d’obsidienne
comme des planètes, un mobile,
me parviennent des ondes de toi
vent d’un soleil absent, aurore boréale
et peut-être ne suis-je que manque
l’envie de te serrer dans mes bras
tombent les billes en fracas

Continuer la lecture de sephira saphire & sophia

à mi-gué

derrière la cervelle, ou peut-être est-ce à sa place
on entend, devine sans la voir
une roue de moulin, la roue à aube
et chaque godet verse une aurore
puis un orage hors anges :
s’émeut la meule qui broie les jours

et quand retombe le cri des jours
dans le champ encore jaune or-ange,
au mi lieu des têtes de lupins
sautille sans corps la tête du lutin

Continuer la lecture de à mi-gué