cicatrice

amène-moi mon couteau
que je taille dans le vif
au plus profond des chairs
ce que j’aurais voulu qu’on me dise
ce que j’aurais voulu écrire

fêlures, failures

un retour à la maison
tremblant de fièvre
tremblant de peur
chaque chose à sa place
mais chaque chose faussée
la lampe trop bleue
le tapis trop court
et le cendrier n’a pas la bonne forme

est-ce encore la folie qui œuvre
où ai-je comme un gant mal ajusté
enfilé une vie factice
après la mort

sécantes

ruban de möbius, noeud d’isis
forget me knot
où les rails se croisent

péchés sapientiaux
et si l’origine était à refaire
on recommencerait

hantise
l’éternel retour ?
grand huit
une nostalgie de la chute

danse, flammèche
mon incantation

passe muraille

nous dansions comme des poissons volants
éclats d’argent sur le bleu de l’eau, du ciel

tandis qu’eux dans le béton de leurs tours
figeaient des étoiles
et j’ai bu leur musique chaude et amère
comme la tasse d’un poison de feu
qui change chaque veine en dévoration

mais par-delà le béton,
j’ai vu rimbaud et c’était une fille

Continuer la lecture de passe muraille

heures

les colonnes
des grands ordres
incessamment
l’inquiétant décompte
de ce qui s’efface
des colonnes de chiffres
impermanentes
les coordonnées
de fantômes par centaines