cicatrice

amène-moi mon couteau
que je taille dans le vif
au plus profond des chairs
ce que j’aurais voulu qu’on me dise
ce que j’aurais voulu écrire

sécantes

ruban de möbius, noeud d’isis
forget me knot
où les rails se croisent

péchés sapientiaux
et si l’origine était à refaire
on recommencerait

hantise
l’éternel retour ?
grand huit
une nostalgie de la chute

danse, flammèche
mon incantation

vieillir

ce n’est pas le temps qui passe
nous passons comme les couleurs vives d’un linge au soleil d’été
lassitude tropicale, mais toujours l’envie du bleu
qu’ils comprennent, ne comprennent pas, importe peu

on a seulement cessé d’essayer d’expliquer
tous les bateaux là-bas au port s’en iront sans retour

on a cessé aussi de penser émouvoir les pierres les dieux la mécanique céleste – et les hommes ont bien d’autres problèmes des interférences des murs des choix artificiels
Continuer la lecture de vieillir