aura

s’estompe l’effet kirlian
un monde de halos
les photos des cadavres
délavent

les mutilations finalement demeurent
ou bien est-ce l’aura même
et jusqu’au dernier scint
qui s’efface dans les gris savoirs ?

pleuvaient des ondées
de nautiles miraboles
de mutines mutiles
quirlianes virevoltantes

au-dessus bien au-dessus
d’où s’égare la piétaille
de grisaille en gisaille

et puis il y a
ces poèmes gémissants

mais l’on pourrait sans scrupules
heurter, cogner, briser
et cogner encore
le monde jusqu’à sa destruction

et en bouillie d’os et de sang
les visages au marteau
et dépecer en riant
l’univers haï,

s’estompe l’effet kirlian
un monde de halos
heureusement ?
s’efface