lost in translation

Un décalage en appelle un autre – et celui du cycle circadien pas moins qu’une distorsion optique, une anomalie chromatique, un propos uchronique, et puisque mes nuits iliennes sont d’insomnies et que les archipels communiquent, je me plais à la compagnie de Murray qui ne peut non plus dormir, perdu en transit, dans la nuit étrangère et le snobisme sombre d’un bar d’hôtel japonais ; et pour cette fois, l’ami Guillaume s’est joint à nos alcools en les éclairant d’une énigme : lorsqu’il nous eut entretenu de ce qu’adviendrait « quand bleuira sur l’horizon la Désirade », il me tendit une de ces papillotes d’enfant dont le chocolat s’entoure d’un pétard et d’une devinette. Le pétard fit long feu comme je lisais, lovée dans un bout brillant de papier d’argent, cette ressassée divagation – la pénultième est morte – s’appliquant ici, je le savais intuitivement et comme de source sûre, aux syllabes plus qu’aux lettres.
Mais que meure le ‘a’ de la Désirade et reste un désir de – quoi ? quoi d’autre que la couleur du vide ?

Publié par

Petit être

"je suis un être / entouré des forces magiques / de toutes choses / là où je marche / un phoque respire / un morse hurle / une perdrix des neiges jacasse / un lièvre se blottit / moi petit être / entouré des forces magiques / de toutes choses / un être minuscule / ne sachant rien faire / ridicule et bon à rien"

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s