sérénité

I.
Au point du jour, s’attardent
sous les tamariniers, d’odorantes ténèbres.
La brume en écharpe pâle sur les herbes déchirée,
s’élève de la rivière dans l’aube bleuâtre.

II.
Sous les tamariniers, l’homme mutilé se dresse.
La fièvre tombée, la rosée l’éveille.
Il fend les herbes hautes
s’abreuve au miroir des méandres.

III.
Dans la nuit mourante, l’éclat d’azur serpente entre les ajoncs.
Lisse et pâle au plus haut, le ciel est rosé au prés des collines noires.
De l’aube chaude, le souffle paisible s’éloigne –
sous les faux poivriers, d’une échappée vers la mer.

Publié par

Petit être

"je suis un être / entouré des forces magiques / de toutes choses / là où je marche / un phoque respire / un morse hurle / une perdrix des neiges jacasse / un lièvre se blottit / moi petit être / entouré des forces magiques / de toutes choses / un être minuscule / ne sachant rien faire / ridicule et bon à rien"

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s